Coup d’un Soir – Nos Batailles (2018)

Nos Batailles 1

Nos Batailles

Mes fils, mes batailles

De Guillaume Senez, Avec Romain Duris, Laetitia Dosch, Laure Calamy – 2018


Allez viens, je t’emmène voir un film social ! Stop ! Je te vois partir ! J’entends cette voix dans ta tête qui te dit « QUOI ? Un film SOCIAL ? Mais plutôt m’infliger l’intégrale de la filmographie de Kev Adams que de voir des petites gens se faire caser du sucre dessus par de grosses et méchantes entreprises, avec la tête de chien battu de Vincent Lindon pour couronner le tout ! » Oh, faut pas se mettre dans cet état-là, et encore moins risquer l’AVC avec ton idée à la con. On respire, et voici quelques raisons de rester. En un, c’est pas Vincent Lindon mais Romain Duris. Avoue que ça a déjà un peu plus de gueule ! Et de deux, j’y ai été un peu fort avec l’appellation film social. On va plutôt dire comédie dramatique, explorant en toile de fond la vie en industrie. Je reconnais que ça ne vends pas du rêve non plus, ce qui tombe plutôt pas mal vu que mon but c’est pas de te faire croire au Christ, mais soit de te faire beaucoup rire ou beaucoup pleurer. Défi relevé et je pense accompli avec ce superbe film que j’espère tu me remercieras de t’en avoir parlé. Explication.

Olivier (Romain Duris) est contremaître dans une entreprise d’expédition de colis en ligne (coucou Amazon). Depuis peu membre du syndicat, il essaye tant bien que mal avec Claire (Laura Calamy) d’obtenir de meilleurs conditions de travail pour ses collègues, malgré les pressions de la multinationale. À la maison, ses enfants Elliot et Rose sont principalement élevés par leur mère Laura (Lucie Debay) qui, elle, attend le retour d’Olivier chaque soir. Jusqu’au jour où, sans aucune explication, elle abandonne sa famille. Olivier va devoir s’adapter à cette nouvelle vie tout en continuant à chercher Laura…

Nos Batailles 4

S’il y devait y avoir une seule raison pour laquelle tu devrais regarder ce film, c’est pour l’incroyable performance de tout ce petit monde devant la caméra. Ce qu’on voit, c’est la vraie vie, d’une justesse impeccable de documentaire, sans jamais nous infliger un seul instant un pathos dégoulinant et miséreux. Au contraire, tous les personnages, malgré leurs problèmes, leurs tristesses, sont profondément humains et se parlent, se regardent comme l’on pourrait le faire toi et moi.

Ce sentiment de naturel qui se dégage des acteurs (dû en grande partie au fait qu’ils devaient improviser tous les dialogues) est ce qui fait la grande force du film et le rend mais vraiment très très émouvant. À en pleurer je te dis. Les deux enfants en particulier sont incroyablement bons et réparent les tords de tous les mauvais enfants acteurs qu’on peut voir à l’écran (et c’est malheureusement pas ce qui manque). Lorsque la sœur d’Olivier débarque (Laetitia Dosch, génialement folle), les deux gamins lui sautent les bras comme s’ils se connaissaient depuis toujours. Rien ne sonne faux dans cette complicité entre eux et leur tante, jusqu’à la séparation inévitable, qui donne l’une des scènes les plus déchirantes du film.

Nos Batailles 5

Alors voilà, maintenant que j’ai bien chanté les louanges de toute cette troupe, je te vois venir, tu vas me dire que tu t’en fous des gens, que toi quand tu vas au cinéma c’est pour voir une histoire. On y vient, j’te rassure. Autour d’Olivier, deux mondes qu’il essaye de coordonner : son travail et sa famille. Ses deux grandes batailles.

Le jour, c’est la violence et la froideur de cette multinationale qu’il doit affronter. Bien que personnifié par le seul personnage de la DRH, la masse sourde de cette entreprise est en toile de fond tout le long, avec d’ailleurs dès les premières minutes du film, le suicide d’un des employés qui était sur le point d’être licencié. À ce premier choc, viennent s’ajouter les défaites et les injustices du quotidien. Froid en hiver ? Voilà des bonnets de lutins, par contre va falloir que vous apportiez les gants. Bientôt enceinte ? Ah non désolé le contrat ne va pas être renouvelé…

Au milieu, Olivier essaye de gagner le plus de combats possibles, jusqu’à en faire peut-être un peu trop. C’est évidemment la dénonciation de ces méthodes de travail inhumaine qui est faite, où l’on en vient à ressentir la fatigue générale qui les accable tous. Cependant, le film arrive à garder un équilibre où ce sujet reste en fil rouge, présent mais pas non plus pesant parce que toujours tourné avec humour, notamment Nos Batailles 2grâce au personnage génial de Claire, jouée par Laure Calamy. En même temps, c’est tout ce qu’il reste à la fin de la journée ! J’adore cette actrice qui est dans la série Dix pour cent, elle est parfaite dans la comédie qu’elle joue avec Romain Duris mais aussi lorsqu’elle se rend compte qu’elle non plus, un peu comme Laura, elle n’arrive plus à mener ses batailles seule. Elle est juste humaine, dans tous les sens du terme.

La fatigue, c’est aussi ce qui semble peser sur Laura, la femme d’Olivier. On ne connaît pas vraiment la cause de sa fuite. On devine un burn-out de cette vie de famille qu’elle doit assumer seule, tout en travaillant la journée. Le déclic serait peut-être de voir cette femme dans sa boutique, en pleurs de honte et de désespoir, car sa carte est refusée alors qu’on est seulement le douze du mois. Une autre bataille ?

Quoi qu’en soit la raison, ce n’est pas vraiment ça le plus important. Pour apprendre à revivre avec ces gens, qu’elle aime encore, il faut qu’elle parte. Reste alors Olivier, qui doit réapprendre à devenir père, lui pour qui les enfants c’était quelques minutes en rentrant le soir bisous bonne nuit. C’est le gros contraste du film où son personnage est celui qui fait tout pour protéger les autres dans son boulot, mais dès qu’il est chez lui panique lorsqu’il doit habiller ses enfants ou préparer le repas. Bien sur que les corn-flakes c’est bon pour le dîner !

Il est complètement perdu et c’est vraiment très drôle de le voir galérer, heureusementNos Batailles 3 que les autres femmes de sa vie sont là pour l’aider ! D’abord sa mère (Dominique Valadié), qui est toujours présente pour lui, même si elle lui avoue qu’à elle aussi lui est déjà venue l’idée de partir seule. Mais à la différence de Laura, elle reste car, « c’est normal, c’est ce qu’on fait pour ses enfants ». J’ai chialé. Puis sa sœur, qui en voyant le boulot que représente deux gamins va lui dire, « tu m’étonnes qu’elle se soit barrée ta femme ! » J’ai ri.

C’est ça ce film, des moments de vie de famille, des moments d’amour dans cette fratrie où les non-dits vont revenir à la surface. Chacun a ses problèmes et ses batailles mais on essaye quand même d’avancer ensemble pour aller bien. Avant son départ, Laura sait que c’est nécessaire, qu’ils auront besoin d’espoir. En couchant ses enfants pour la dernière fois, elle leur glisse à l’oreille doucement, « À la fin de l’histoire, tout finit bien ». Allez, je le redis pour te donner encore envie, c’est beau, c’est magnifique, c’est hyper touchant et on a envie de les suivre pour toujours ! À la fin de l’histoire, tu verras tu seras bien. Et tu seras aussi triste de fermer la porte sur ces belles batailles.

Conclusion : 9/10

Un très très très, trèèèèèèèès beau film, touchant et vrai.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s