Plan Culte – Les Demoiselles de Rochefort (1967)

Les Demoiselles de Rochefort 1

Les Demoiselles de Rochefort

I’m singing in the sun

De Jacques Demy, Avec Catherine Deneuve, Françoise Dorléac – 1967


Mais dans quel monde est-ce que la vie est aussi joyeuse que dans ce film ? Définitivement un monde où j’aimerais beaucoup vivre ! Les Demoiselles de Rochefort, c’est une bulle ultra-pop, follement colorée, pleine de joie, de danse et de chant. C’est une envolé lyrique de 2h devenue culte et connue de tous pour ces deux vers les plus célèbres du cinéma français :

« Nous sommes deux sœurs jumelles / Nées sous le signe des Gémeaux »

Je crois qu’il m’a suffi d’un seul visionnage pour avoir en tête pendant tous les jours suivants ces airs de musique entêtants et enchanteurs. Du coup à chaque fois que je le revois, c’est avec le même plaisir que celui qu’on a de chanter les vieux tubes de Patrick Bruel ou Michel Sardou des années 80 alors que bon quand même on est en 2018/2019 ce serait p’tet bien de décrocher un peu non? Oh et puis non, rien à battre, si on danse encore sur du Jean-Pierre Madère c’est parce que c’était quand même de la balle…alors chantons maintenant ! Explication.

Solange et Delphine Garnier (François Dorléac et Catherine Deneuve) sont deux jumelles vivant à Rochefort, respectivement professeur de chant et de danse, et rêvant d’aller tenter leur chance à Paris. Yvonne Garnier (Danielle Darrieux) leur mère est nostalgique d’un amour de jeunesse tandis que Maxence (Jacques Perrin), un jeune marin, est à la recherche de son idéal féminin. Etienne et Bill (Georges Chakiris et Grover Dale) sont deux forains arrivant en ville pour la kermesse du week-end. Bref, un film choral plein de chorales où tout le monde se croise, où l’amour est à chaque coin de rue, encore faut-il emprunter la bonne…

Les Demoiselles de Rochefort 3
Mi fa sol la mi ré, ré mi fa sol sol sol ré do !

J’aurais pas dû faire ce résumé, j’y ai dit tout ce que je voulais dire dans ce billet ! Ce film, c’est comme ce qui se passe au retour de chaque vacance selon Bison Futé, un immense chassé-croisé où l’on devine extrêmement rapidement quelle destination est supposée atteindre chaque personnage, mais qui viendra (ou ne viendra peut-être pas) avant la fin du film à cause de bouchons ou de virages.

C’est un peu frustrant donc d’être nous, spectateur omniscient de tout ce beau monde qui défile sous nos yeux, sans vraiment pouvoir y faire quelque chose pour les rapprocher. Il faut laisser le destin se faire et personnellement en tant que fervent défenseur de la cause du « et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants », je laisse se dérouler le cours de choses, de toute façon ça finira bien !

Les Demoiselles de Rochefort 6
Nous voyageons de ville en ville !

Heureusement d’ailleurs que dans ce film ça va bien, parce qu’avant celui-ci, Jacques Demy avait fait une autre comédie musicale sur une autre ville côtière, Les Parapluies de Cherbourg. J’attends avec impatience Les salopettes de Saint-Nazaire.

Autant Les Demoiselles c’est quand tu veux où tu veux, autant Les Parapluies faut que j’ai de bonnes envies de fin de vie. L’histoire n’est donc pas des plus joyeuses (sauf si toi ça te fait kiffer les désillusions, le désenchantement et la bonne pluie du Nord) et le concept de comédie musicale a été poussé jusqu’au bout des ongles, en faisant chanter absolument TOUS les passages parlés, du simple « Comment aaaallez-vous ? » au plus complexe « Je voudrais quatre bagueeeeeettes dont deux crouuuuuustillantes et deux de la veiiiiiiiille ! » Le tout sur un manque de rythme absolu vu que bon, faire rimer parapluie et je te quitte, c’est moins simple que ça en a l’air. En vrai je suis beaucoup trop dur, il faut absolument que je le revois ce film pour me refaire une idée.

les demoiselles de rochefort
Moi devant Les Parapluies de Cherbourg

Après cette phase dépressivo-suicidale, Jacques s’est dit fini la rigolade, on passe au niveau supérieur. C’est ainsi qu’il a débarqué à Rochefort (après avoir hésité avec Saumur, La Roche sur Yon et Hyères (du rêve à l’état brut (remarque si ça se trouve sans ce film on penserait la même chose de Rochefort))) avec son équipe de peintres et de carreleur pour transformer toutes les fenêtres de la Place Colbert et en faire une orgie de couleurs et refaire lisser le béton pour que les numéros de claquettes sonnent bien. Du coup la ville à l’aspect finalement assez militaire gagne en vie et en chaleur et c’est dans un décor sublime sous le soleil de l’Atlantique que l’on suit la troupe de

Les Demoiselles de Rochefort 5
C’était un beau jeune homme, et j’étais demoiselle…

personnages, également hauts en couleurs, arborant tous des chemises, des robes et des chapeaux très vifs et solaires.

 

En premier, bien évidemment lesdites demoiselles, Solange et Delphine, elles-mêmes jouées par deux sœurs Françoise Dorléac et Catherine Deneuve. Cette dernière avait changé son nom quelques années plus tôt pour ne pas gêner sa grande sœur, connue avant elle, mais qui ne lui a malheureusement pas survécu : Françoise Dorléac est décédée quelques mois après la sortie du film dans un accident de voiture. Triste fin pour un film qui est une telle ode à la vie…

Parce que oui, les deux sœurs sont pleines de vie ! Elles chantent, elles dansent leurs vies, ont des rêves de partir à Paris, de rencontrer l’homme de leur vie, bref de faire ce qui leur plait. Et honnêtement, difficile de faire mieux que le sourire des sœurs Dorléac pour incarner ces jumelles, qui se complètent parfaitement et sont toujours en rythme ! Je pourrais dire la même chose de tout le reste du casting mais comme faut aussi que je parle du reste, je vais m’arrêter là. En résumé, ils sont tous parfaits ! (Ah c’est bien ça Thomas, bon sens critique !)

Et l’autre chose bien évidemment, c’est la musique ! Là où Les Parapluies de Cherbourg offraient quelques airs sur lesquels il fallait coller les paroles, ici c’est toute une panoplie

Les Demoiselles de Rochefort 4
Je l’ai cherchée partout, j’ai fait le tour du monde…

de mélodies incroyables qu’a composé Michel Legrand. Du culte Nous sommes deux sœurs jumelles, à la très entraînante chanson des forains, en passant par la mélancolie de la chanson de Maxence et l’humour de celle d’Yvonne, là où l’on pourrait croire que chaque personnage a son thème propre, tout finit par se mélanger lors d’une grande séquence. Toutes les chansons mises bout à bout forment un superbe écho car le travail sur la musique est impeccable.

 

De même que celui sur les textes, écrits eux par Jacques Demy. Il y a dû avoir un travail monstre pour finalement créer ce qui devient une chanson de 2h. Mon passage préféré reste celui du repas et du gâteau, l’un des rare sans chansons, où le texte parlé est lui-même rythmé et rimé en alexandrins bien ciselés. On croirait entendre du Cyrano de Bergerac, sur un air de Whiplash !

Si je dis ça c’est pas pour rien car le réalisateur de ce dernier, Damien Chazelle (le fils de Marie-Anne (pas du tout)) s’est inspiré des Demoiselles de Rochefort pour faire ses films, en particulier La La Land qui y fait directement référence lors de sa scène d’introduction. Et dire que Jacques Demy lui-même avait puisé dans les comédies musicales américaines, en engageant notamment des comédiens de West Side Story pour joueur les deux forains et SURTOUT en réussissant à faire participer Gene Kelly dans son film, le héros de Chantons sous la pluie et qui dans les années 60 était une star comme peut l’être Ryan Gosling aujourd’hui !

Les Demoiselles de Rochefort 7
Aimer la vie, aimer les fleurs, aimer les rires et les pleurs !

Un casting de folie, une ville transformée et pleine de couleurs, des musiques et des chansons rythmées et entraînantes, des histoires qui se suivent, se croisent, s’emmêlent et se démêlent, à part des chorégraphies où l’on tourne beaucoup trop (j’te jure, dès qu’ils se mettent à danser ils ne font QUE tourner), c’est LA comédie musicale française de référence, qui a su imposer son style à l’époque et encore aujourd’hui. La définition même du culte !

Conclusion : Une folie sucrée qui explose pendant 2h et te reste dans la tête pendant des jours, que dire de plus sinon que c’est génial ?!


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s