Plan Culte – La Rose Pourpre du Caire (1985)

la rose pourpre du Caire

La Rose Pourpre du Caire

Elle vit sa vie par procuration, devant son écran de cinéma

De Woody Allen, Avec Mia Farrow, Jeff Daniels – 1985


J’adore Woody Allen. Je suis encore loin d’avoir tout regardé ; en même temps vu son rythme de dingue d’un film par an, ça en fait pas mal à rattraper. Quoique, vu comment ça se passe en ce moment pour lui en ce moment avec sa fille, je me demande si ça ne va pas tarder à se tasser…en attendant, parmi tous ces longs-métrages, y’a quelques pépites que j’aimerais te faire découvrir. J’avais vraiment envie de revoir celui-ci en particulier parce que j’en avais tellement un bon souvenir et que j’aime terriblement son titre, plein de mystères et de promesses. Autant donc commencer par un bijou, la bien nommé Rose Pourpre du CaireExplication.

Cécilia (Mia Farrow) mène une triste vie de serveuse dans les années 30, auprès de son mari alcoolique et violent. Seule source de bonheur, le cinéma de la ville où elle ne loupe jamais une séance. Sa vie va alors être chamboulée lorsque, en plein milieu d’une projection, Tom Baxter (Jeff Daniels), un des personnages du film La Rose Pourpre du Caire, sort et l’écran et s’enfuit avec elle !

La Rose Pourpre du Caire5

Qui n’a jamais rêvé d’aller de l’autre côté de l’écran ? Moi le premier ! Voilà la mise en abyme la plus parfaite du cinéma (deux semaines de suite que je te parle de mise en abyme décidément), un héros qui sort de son écran pour débarquer dans la vie réelle et vice-versa. Je suis fan de ces films qui mettent des personnages ordinaires dans des situations extraordinaires (Il Était temps, Le Labyrinthe de Pan, ou encore de Woody Allen le très sympa Scoop), et là je n’ai qu’une envie c’est moi aussi de traverser l’écran ! Le film ne fait pas l’affront de nous faire croire que tout cela est un rêve de la part de Cécilia qui se serait endormie au cinéma, ce qui serait beaucoup plus simple (et que j’ai fait dans une centaine de rédactions au collège où il fallait inventer un truc un peu surnaturel (non mais j’ai honte de moi c’est tellement nul comme tactique (vraiment aucune imagination le gosse (et c’est pas mieux maintenant !))))

Alors que Cécilia est en train de regarder pour la 8ème fois ce film pour cause de perte de boulot/mari pas sympatoche/vie toute pourrie (le choix du roi), Tom se met soudain à regarder furtivement la caméra, comme s’il pouvait voir la salle derrière l’écran. Mais…mais…mais oui, il peut ! « Vous devez vraiment l’aimer ce film ! » va-t-il dire à Cécilia, complètement éberluée, avant de sortir la rejoindre…et de laisser tous les autres personnages bloqués derrière l’écran !

La Rose Pourpre du Caire3

C’est une idée de génie qu’il a eu là Woody, de faire prendre conscience aux rôles du film qu’ils sont dans un film, et d’alors interagir avec les gens de la vraie vie. Après la surprise, ils se mettent tous à râler car, comme Tom est parti, le film est bloqué et ils ne peuvent avancer dans l’histoire ! Ils vont passer leur temps avachis sur leurs canapés, attendant désespérément son retour, et en attendant s’engueulent entre eux (sur qui a le premier rôle du film) mais aussi avec les spectateurs, le gérant du cinéma et même l’équipe du film qui est appelée en urgence ! Les répliques foncent du tac au tac, c’est à se tordre de rire et c’est surtout un joli exercice se style que d’avoir tourné un faux film prenant soudainement vie.

De l’autre côté, le naïf et gentil Tom a pris Cécilia part la main, avant de découvrir le monde où il se sent enfin libre de faire ses propres choix. Sur un fond de musique endiablé comme dans toutes les comédies de Woody Allen, c’est un beau message qu’il transmet, de liberté, de ne se ne se soucier de rien, Hakuna Matata comme dirait l’autre surtout en ces temps de Grande Dépression aux Etats-Unis. Il donne surtout le message d’espoir que, quelque soit sa condition, on peut faire des choix pour changer de vie. Cécilia qui avait peur de quitter son mari au début du film va alors s’émanciper de plus en plus.

La Rose Pourpre du Caire2

Mia Farrow est géniale dans ce rôle d’ingénue timide qui va découvrir la vie de cavale avec Tom qui va d’ailleurs rapidement se retrouver confronté…à Gil Sherperd, l’acteur qui l’incarne ! Quand j’ai vu les deux ensembles, j’ai eu l’impression de voir Woody Allen face à lui-même, l’acteur a le même débit les mêmes intonations de voix et parfois les mêmes mimiques. Ça ne dure pas vraiment longtemps (en tout cas pas assez à mon goût), et on comprend à partir de ce moment que Cécilia va devoir faire un choix entre l’imaginaire et le réel.

Ça peut sembler évident de premier abord, on n’est pas sur Terre pour vivre dans un rêve. Mais pour essayer de la convaincre et de nous convaincre, Woody Allen va alors nous faire voir pendant quelques minutes à quoi pourraient ressembler ce rêve, en nous emmenant derrière l’écran. J’adore toujours autant ceux qui interprètent les personnages de ce film dans le film, une espèce d’histoire d’amour sur fond de fouilles archéologiques et de claquettes. On dépasse le stade de l’engueulade, maintenant tout le monde pète un câble et c’est à mourir de rire ! Mais même là-bas, il y a des choses qui restent inamovibles, le champagne qui est en fait du soda au gingembre, ou le fait que Tom ne connaisse pas son père car, « il est mort avant le début du film » !

La Rose Pourpre du Caire4

Ça me fait sourire naïvement mais pas trop longtemps non plus, parce que c’est bien beau le cinéma mais ça reste des faux billets. Cécilia va s’en rendre compte aussi à force, ce qui va compliquer son choix encore plus. Même s’il y a une grande part de rêve et d’imaginaire dans ce film, il reste terriblement ancré dans la réalité (même un peu trop pour moi) et condamne finalement à rester à la même place, quelques soient les choix que l’on fait.

Oulà c’est pas bien joyeux tout ça. Nop, en effet, c’est pas bien joyeux du tout, mais lorsqu’on a demandé à Woody Allen pourquoi il avait choisi de faire cette fin-là, il a simplement répondu « C’est une fin heureuse. » Mouais. Je comprends ce qu’il veut dire par là, c’est un hommage au cinéma qu’il fait avec cette déclaration. Mais en restant plus terre à terre, je dirais que c’est une fin réaliste, qui m’a laissée sur un demi-sourire, parce qu’il faut quand même bien continuer à sourire. Et surtout, continuer à aller au cinéma !

Conclusion : Un magnifique hommage au cinéma, raconté au travers d’une histoire d’amour pleine d’insouciance et de rêveries !

 


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s